PEG Evolutis : faire face au risque obligataire.

par Hélène Marcy le 20/04/2018

Catégories: En pratique, Nos analyses | Tags: , , | Permalink | 2 commentaires

L’épargne salariale des personnels d’Orange est placée dans deux types de plans d’épargne :

  • PEG, Plan d’Epargne Groupe
  • PERCo, Plan d’Epargne pour la Retraite Collectif

Chaque plan est composé de plusieurs Fonds Communs de Placement d’Entreprise (FCPE),  réservés aux personnels du Groupe Orange.  Le PEG d’Orange comprend 5 FCPE :

  • Orange Actions (classique, Cap’Orange garanti 2016, Cap’Orange garanti 2014)
  • Solocal actions (anciennes actions Pages Jaunes, dans lequel on ne peut plus investir au sein du PEG Orange)
  • Dynamis solidaire
  • Evolutis
  • Equilibris

Les fonds Dynamis solidaire, Equilibris et Evolutis sont des FCPE dits à fonds diversifiés. Chacun est  caractérisé par un profil de risque et de rendement, représenté sur une échelle de 1 à 7. Le niveau 1 correspond au niveau de risque et de performance le plus faible (cela ne signifie pas qu’il ne comporte aucun risque, le risque zéro n’existant pas pour les placements financiers). A contrario, le niveau 7 s’applique aux fonds les plus risqués. L’indicateur de risque a ses limites : basé sur les résultats passés, il ne garantit pas l’avenir.

 Les fonds du PEG Orange

  Actif net
(avril 2018)
Profil de risque
Evolutis 820 M€ 3
Equilibris 310 M€ 1
Dynamis Solidaire 69 M€ 5
Orange Actions 1,8 Mds€ 7

Focus sur Evolutis

Au 18 avril 2018, l’actif du fonds – ou montant investi – représentait 820 millions d’euros. C’est le plus gros fonds diversifié du PEG d’Orange.

Evolutis est orienté sur la gestion prudente. Mixant actions (jusqu’à 40%) et obligations (jusqu’à 85%), il conjugue performances et risque limité. Il s’adresse aux personnes dont les objectifs patrimoniaux sont plutôt sécuritaires avec un horizon d’investissement à moyen (3 à 5 ans) et long terme (6 à 10 ans voire plus), sachant que des fluctuations substantielles à court terme restent toujours possibles.

Evolutis a été créé en 1998. Sur 20 ans, la valeur unitaire du titre sur 1 an, même au plus fort des crises financières, n’a jamais baissé de plus de 1,5%. Les performances calendaires sont les suivantes :

Performances du fond 2017 2016 2015 2014
3,11% 2,74% 3,24% 9,87%

et, au 18 avril 2018, sur 5 ans glissants : 25,97%.

La gestion du fonds

Comme tout FCPE, Evolutis est géré dans un cadre contractuel : le règlement du fonds, qui précise quels types de valeurs peuvent composer le fonds (actions, obligations, immobilier, fonds d’investissement PME, dette privée, monétaires…) et dans quelle proportion maximale. La gestion s’apprécie par rapport à un indice de référence, mentionné dans le règlement. Sur cette base, le gestionnaire du fonds (Amundi Asset Management pour le fonds Evolutis) définit les valeurs à introduire et à quelle hauteur, en fonction de sa connaissance des marchés financiers.

Les frais de fonctionnement et de gestion (0,18% maximum de l’actif net) sont pris en charge par l’entreprise. En 2017, ils se sont établis à 0,12%. Lorsque vous investissez votre participation, votre intéressement, ou effectuez un placement libre dans Evolutis (possible à tout moment), vous ne réglez ni droit d’entrée ni frais de gestion.

Le rôle du Conseil de Surveillance

Dans le PEG, chaque FCPE est piloté par un Conseil de Surveillance (CS). Le CS d’Evolutis est constitué de 10 membres titulaires et 10 suppléants désignés par Direction, et de 10 titulaires et 10 suppléants désignés par les Organisations Syndicales représentatives. La CFE-CGC Orange dispose actuellement de 2 titulaires et 2 suppléants, et de la présidence du Conseil de Surveillance.

Le CS s’assure de la bonne gestion du fonds par Amundi : il valide les évolutions de composition et de gestion ainsi que les modifications du règlement rendues nécessaires par l’évolution des marchés. La dernière évolution du règlement d’Evolutis date du 1er février 2018.

Les travaux menés par le Conseil de Surveillance pour faire face à la remontée des taux obligataires est un bon exemple du rôle concret qu’il joue.

Préserver l’épargne des personnels d’Orange face à la remontée des taux obligataires

Dès le 25 avril 2017, vos représentants CFE-CGC Orange ont souligné la nécessité d’adapter le règlement du fonds Evolutis face à la probable remontée des taux des obligations souveraines (ou d’Etat). Ces taux étaient tombés tellement bas (jusqu’à passer en négatif) qu’ils ne peuvent que remonter à terme. Or la remontée des taux des obligations entraîne mécaniquement la baisse du prix des obligations déjà émises.

Un groupe de travail a été créé, qui s’est réuni plusieurs fois entre avril et octobre 2017, pour modifier le règlement du fonds, dont la nouvelle mouture a été entérinée le 3 octobre 2017. L’indice de référence a été modifié pour rechercher plus de performance tout en maintenant le risque sous contrôle. Les règles de composition du fonds ont été modifiées pour donner des marges de manœuvres à la disposition du gestionnaire du fonds, qui les utilisera ou pas en fonction de son appréciation des marchés, mais toujours dans l’objectif qui lui a été fixé par le Conseil de Surveillance du fonds : améliorer la performance tout en limitant le risque. Vos représentants CFE-CGC Orange y veilleront.

Les nouvelles règles de composition du fonds Evolutis :

  • Abaissement de la notation minimale requise : les obligations pourront correspondre à la notation médiane minimum « BBB » selon les Agences de Notations ;
  • Augmentation de la part d’obligations émises par des entreprises ayant leur Siège Social en Europe, de 0 à 10% maximum ;
  • Internationalisation : zone géographique prépondérante Europe (à plus de 50% de l’univers total, avec couverture du risque de change à hauteur de 30% maximum) ; de 0 à 20% de l’actif maximum en obligations et/ou actions sur les marchés européens ou internationaux ;
  • Internationalisation des obligations : de 5 à 15% maximum en obligations internationales avec couverture du risque de change ;
  • Augmentation de la part des actions : de 10 à 40% maximum de l’actif en actions zone euro ou Europe (auparavant 30% maximum) ;
  • Diminution de la part des obligations, de 55 à 85% maximum de l’actif (auparavant 70 à 90%) ;
  • Diversification des actifs du fonds, qui peut désormais comporter :
    • de la dette privée d’entreprises dans la limite de 4% de l’actif, au travers d’organismes de titrisation ;
    • du capital investissement dans des PME françaises non cotées, à 1,5% maximum de l’actif, via des Fonds commun de placement régionaux (FCPR) ;
    • de l’immobilier commercial et de bureaux en France et en Europe, à hauteur de 2,5% maximum de l’actif, via des Organismes de Placement Immobiliers (OPCI).

2 commentaires pour “PEG Evolutis : faire face au risque obligataire.

  1. Hélène Marcy a dit :

    Bonjour, et merci pour votre commentaire.

    La note BBB est très au dessus des junk bonds (voir la liste des notations https://fr.wikipedia.org/wiki/Notation_financière)
    Certes, l’abaissement de la note minimale requise augmente le risque des obligations, mais cela augmente aussi leur rendement. Dans le contexte actuel de taux très bas, c’est la seule réponse que peut trouver un gérant de fonds pour ne pas effondrer la rentabilité. Et même si aucune parade n’est infaillible, on peut raisonnablement espérer que les contraintes mises en place depuis la crise des subprimes ont très largement permis de diminuer les risques que de tels agissements se reproduisent.
    Il est d’ailleurs à noter que, même pendant la crise des subprimes, Evolutis n’avait reculé que de 1,5%, soit nettement moins que bien d’autres fonds.
    Le Conseil de Surveillance du fonds veille tout particulièrement à la préservation de l’épargne des personnels Orange, et ne manque pas de faire le point avec le gestionnaire du fonds chaque fois que les marchés évoluent, afin de s’adapter au mieux.

  2. BIGSHORT a dit :

    Abaissement de la notation minimale requise : les obligations pourront correspondre à la notation médiane minimum « BBB » selon les Agences de Notations ==> C’est pas ce qu’on a fait pendant la crise des subprimes avec des pots pourris d’emprunts non remboursables ?