Questions / réponses sur l’ORP Together 2021

par Hélène Marcy le 24/08/2021

Catégories: En pratique, L'action de l'ADEAS | Tags: , , | Permalink | 10 commentaires

Ouverture du site d’information sur l’offre

Vous y trouverez notamment toutes les informations utiles sur l’offre et le formulaire de souscription, qui sera disponible du 17 au 30 septembre 2021, à utiliser avec les identifiants et mots de passe de votre compte Amundi.

Une hotline est prévue au 04 75 86 24 14, à utiliser notamment si vous rencontrez des difficultés pour remplir votre formulaire de souscription.

Nous restituons ici les réponses aux questions fréquemment posées lors de nos échanges avec vous, et des informations complémentaires dont nous disposerons jusqu’à la période de souscription. Nous mettrons cette page à jour au fil de l’eau. N’oubliez pas de consulter notre Lettre d’information dédiée, qui contient déjà beaucoup de réponses.

N’hésitez pas à participer à nos réunions d’information, sur vos sites ou en coopnet, qui vous permettront d’échanger en direct avec nos experts. Tous les abonnés à nos publications recevront les invitations par mail. Pour s’abonner, c’est ici et c’est gratuit !

Bénéficiaires de l’ORP

Personnels en TPS

Les personnels en TPS, même en temps libéré, sont éligibles à l’offre avec toutes les modalités proposées aux personnels en activité, tant qu’ils ont un contrat de travail avec Orange.

Départs en retraite ou fin de contrat pendant la période de souscription

  • Si votre contrat se termine le 30/09/2021 (départ en retraite, fin de contrat CDD, apprentissage…), vous pourrez souscrire en tant que personnel en activité. Extrait du règlement du PEG amendé pour cette opération :

« Les souscriptions sont réservées aux membres du personnel d’Orange SA et des filiales françaises adhérentes au PEG et justifiant d’au moins 3 mois d’ancienneté dans le Groupe au dernier jour de la période de rétractation /souscription, ainsi qu’aux retraités porteurs de parts dans le PEG au premier jour de la période de réservation. »

  • Si vous êtes déjà en retraite le 17/09/2021 (date d’ouverture des souscriptions), vous pourrez souscrire uniquement à l’offre Classique avec décote de 30%, à condition d’avoir conservé des avoirs dans votre PEG Orange

Mobilité vers une filiale, Orange Concessions, Totem France

  • C’est l’ancienneté dans le Groupe qui est prise en compte pour définir l’éligibilité aux offres dédiées aux personnels en activité ou en TPS : la mobilité vers une filiale adhérente au PEG n’affecte pas le calcul de l’ancienneté. En revanche, un contrat de travail avec une filiale non adhérente au PEG d’Orange ne permet pas de souscrire à l’offre.
  • Spécificité pour les personnels rejoignant Orange Concessions ou Totem France (extrait du règlement PEG) :

« Il est précisé que dans le cadre de la création des sociétés Orange Concessions et Totem France, les membres du personnel d’Orange SA et des filiales françaises justifiant d’au moins 3 mois d’ancienneté dans le Groupe transférés dans ces sociétés conservent leur éligibilité à l’offre. »

Quelle offre pour les retraités ?

  • Pour souscrire à l’offre, vous devez avoir conservé des avoirs dans votre PEG Orange jusqu’à la période de souscription (17 au 30 septembre 2021)
  • Vous pouvez souscrire uniquement à l’offre Classique (= achat d’actions avec une décote de 30% sur le prix de souscription), sans bénéficier des abondements (règle légale), pour une souscription minimum de 15€ et maximum de 25% des pensions reçues en 2021 (règle URSSAF)
  • Vous pouvez utiliser les modalités de paiement suivantes, que vous pouvez mixer :
    – paiement comptant le 25/11/2021
    – arbitrage d’avoirs de votre PEG dans les fonds diversifiés (Equilibris, Evolutis, Dynamis Solidaire), à hauteur de 10 000€ maximum. Il n’est pas possible d’arbitrer depuis d’autres fonds (Orange Actions ou fonds du PERCo).

Versements volontaires : calcul du plafond de versement

Les versements volontaires sont plafonnés (règles de l’URSSAF) à 25% du revenu brut annuel. Pour cette ORP, ce sont les revenus bruts de l’année 2021 qui sont pris en compte.

Pour rappel, un versement volontaire est réalisé sur vos fonds propres, il ne s’agit pas du placement de l’intéressement ou de la participation par exemple, mais bien de versements supplémentaires décidés à votre seule initiative. Ne pas confondre « versement volontaire » et « versement en cash » : un arbitrage d’avoirs disponibles dans votre PEG pour acquérir de nouvelles actions Orange dans le cadre de cette ORP est un versement volontaire.

Revenus pris pour base du calcul

Oui :

  • salaire de base + primes + indemnités (dans la case « brut imposable » du bulletin de paie)
  • pensions si vous êtes en retraite

Non :

  • les dividendes réinvestis dans le PEG Orange Actions (parts C)
  • l’intéressement, la participation et les abondements de l’entreprise pour versement dans le PEG ou le PERCo Orange

Versements pris en compte dans le plafond de versements

Oui :

  • les versements volontaires déjà réalisés sur le PEG ou le PERCo depuis le début de l’année 2021
  • les versements volontaires pour souscrire à l’ORP Together 2021
  • l’arbitrage d’avoirs disponibles dans le PEG pour souscrire à l’ORP Together 2021

Non :

  • l’arbitrage d’avoirs indisponibles dans le PEG pour souscrire à l’ORP Together 2021

Prix de référence des actions pour l’ORP Together 2021

  • Le prix de référence sera égal à la moyenne des cours moyens quotidiens de l’action Orange pondérés par les volumes, constatés sur le marché Euronext Paris pendant les vingt séances de bourse du 5 octobre au 1er novembre 2021, pour être au plus près de la réalité du cours.
  • C’est sur ce prix de référence que s’appliquera la décote de 30%.

Taux de rendement de l’offre Garantie

Les taux de rendement proposés par la banque sont désormais connus.

Au débouclage de l’opération (le 1/06/2026), vous touchez :

  • le montant versé + abondement employeur
  • + le montant le plus favorable entre ces deux montants
    • un rendement annuel de 2 %
    • un multiple (1,43) de la hausse de l’action pendant les 5 ans.
  • le tout sur la base du prix décoté.

Pour rappel :

  • L’offre Garantie s’applique sur tout ou partie de la tranche 1 (1 400 € placés au maximum).
  • Elle n’est accessible qu’aux personnels en activité ou en TPS (pas aux retraités).
  • Vous ne percevez pas les dividendes.

Abondement unilatéral pour toutes et tous

L’abondement de 400 € sera automatiquement versé pour tous les bénéficiaires en activité ou en TPS.

Il sera possible de le refuser, via un imprimé spécifique, qui sera disponible sur Anoo via clicRH et sur le site de souscription dans la partie documentation. Ce document sera à retourner avant le 8 novembre 2021.

Disponibilité des avoirs

Disponibilité et arbitrage des parts acquises via l’ORP

  • Les parts acquises dans le cadre de l’ORP seront bloquées jusqu’au 1er juin 2026, sans arbitrage possible vers un autre fonds du PEG ou vers le PERCo, quel que soit leur mode de financement : versement volontaire, abondement (y compris les actions gratuites de l’abondement unilatéral), arbitrage d’avoirs disponibles ou non dans le PEG.
  • Toutefois, il sera possible d’arbitrer entre parts C et D (la livraison se faisant par défaut sur des parts C) dès que la livraison sera visible sur votre compte Amundi (cf. § Livraison des actions)

Déblocage anticipé

  • Les cas de déblocages anticipés prévus par la loi s’appliquent. Retrouvez-les sur le site d’Amundi : les informations détaillées sont indiquées dans les fiches décrivant chaque cas de déblocage anticipé.
  • Si vous utilisez le paiement en 4 fois sans frais, vous pourrez demander le déblocage des fonds avant d’avoir réglé toutes les échéances. Le « reste à payer » sera déduit du produit de la vente des actions avant remboursement par Amundi.

Souscription par arbitrage depuis les fonds diversifiés du PEG

Seuls les fonds diversifiés du PEG peuvent être utilisés

  • Vous pourrez utiliser uniquement les fonds des FCPE Equilibris, Evolutis et Dynamis solidaire pour souscrire à l’ORP Together 2021 par arbitrage.
  • Le fonds Orange Actions du PEG ne sera pas utilisable pour souscrire.
  • Les fonds du PERCo ne sont pas utilisables pour cette opération.

Souscrire avec des avoirs disponibles ou non disponibles

Au moment de la souscription, vous pourrez choisir de régler vos actions par arbitrage de fonds du PEG :

  • disponibles (avec abondement de l’employeur)
  • non disponibles (sans abondement de l’employeur)

Dans le formulaire de réservation, vous aurez le choix entre avoirs disponibles et non disponibles, et vous pourrez mixer les deux, sur les montants de votre choix.

Exemple : j’utilise 10 000 € pour réserver des actions. Je peux :

  1. utiliser 10 000 € d’avoirs disponibles et bénéficier de l’abondement sur 4 000 €, soit 2 180 € bruts d’abondement)
  2. utiliser 1 400 € d’avoirs disponibles avec l’abondement employeur (1 400 € bruts) + 8 600 € d’avoirs non disponibles sans abondement employeur
  3. utiliser 10 000 € d’avoirs indisponibles sans abondement de l’employeur.

Dans tous les cas, je bénéficie de la décote de 30% sur le prix des actions.

À noter : la souscription avec paiement en numéraire (au comptant ou en 4 fois sans frais) permet aussi de bénéficier de l’abondement employeur, qui n’est pas réservé aux souscriptions par arbitrage d’avoir issus du PEG.

Écrêtage et avoir arbitrés

  • En cas d’écrêtage de votre demande, si tous les fonds arbitrés depuis le PEG (Evolutis, Equilibris, Dynamis solidaire uniquement) ne sont pas utilisés pour financer votre souscription, les avoirs non utilisés sont transférés vers Equilibris, quelle que soit leur provenance.
    • Le transfert des fonds non utilisés vers Equilibris devrait être fait autour du 22 novembre (la date définitive reste à confirmer)
    • Vous pourrez les arbitrer à nouveau dès la prochaine période d’arbitrage du PEG.

La CFE-CGC Orange a demandé et obtenu une période d’arbitrage exceptionnelle du PEG entre le 29/11/21 et le 05/12/21 permettant de réorienter vos avoirs écrêtés vers les fonds de votre choix, sans attendre la période de mars.

  • Leur date de disponibilité ne change pas, c’est bien leur date de disponibilité initiale qui continue de s’appliquer.
  • Les avoirs arbitrés utilisés pour acheter des actions Orange dans le cadre de l’ORP Together 2021 seront bloqués 5 ans (jusqu’au 1/06/2026), quelle qu’ait été leur date de disponibilité initiale.

Livraison des actions

Les parts du fonds Orange Actions acquises dans le cadre de l’ORP Together 2021 seront livrées sur vos comptes Amundi le 1/12/2021 et comptabilisés à cette date. Les délais de comptabilisation peuvent cependant conduire à une visibilité des parts décalée de 2 ou 3 jours.

Les actions proposées aux personnels sont achetées sur le marché

Pour l’ORP Together 2021, les actions sont achetées sur les marchés financiers par l’entreprise, qui les revend aux personnels avec une décote de 30% :

  • Il ne s’agit pas d’une augmentation de capital, donc pas de « dilution » du cours de l’action au cours de cette opération : le nombre d’actions Orange en circulation n’est pas modifié.
  • Le rachat d’actions est réalisé de manière à limiter les perturbations sur le cours de l’action Orange (1% du capital, c’est moins que les mouvements régulièrement réalisés par des banques pour le compte de leurs clients, notamment avant les versements de dividendes).
  • Les 30% de décote sont pris en charge par l’employeur : c’est Orange qui les paie, et cela n’a aucun impact sur le cours boursier de l’action Orange.

Modalités de paiement des actions

Paiement par arbitrage de fonds du PEG

  • Uniquement depuis les fonds diversifiés du PEG : Evolutis, Equilibris, Dynamis solidaire. Il n’est pas possible d’utiliser des parts d’Orange Actions pour acheter des parts de l’ORP Together 2021. Vous pouvez en revanche utiliser la période d’arbitrage du 25/08 au 8/09 2021 pour transférer des parts d’Orange Actions vers un ou plusieurs des fonds diversifiés, puis d’utiliser ces fonds diversifiés pour souscrire à l’offre.
  • Aucun arbitrage possible du PERCo vers le PEG, même dans le cadre de cette ORP : les fonds du PERCo sont bloqués jusqu’à la retraite (sauf cas de déblocage anticipé prévus par la loi), et ne peuvent s’arbitrer qu’au sein du PERCo.

Bon à savoir :

Lorsque vous faites un arbitrage au sein du PEG, vous pouvez voir la date de disponibilité de vos différents avoirs en utilisant le menu déroulant disponible sous le titre « toute échéance », et filtrer les avoirs affichés en fonction de vos souhaits, en cochant les dates qui vous intéressent dans le menu déroulant.

Vos choix au débouclage de l’opération

Quelle que soit la formule choisie (Classique ou Garantie), à la fin de la période de blocage (1/06/2026), vos avoirs deviennent disponibles et vous pouvez les utiliser comme vous le souhaitez, sans aucune contrainte :

  • les laisser dans Orange Actions,
  • demander le remboursement en cash pour tout ou partie des avoirs obtenus,
  • arbitrer tout ou partie des avoirs vers d’autres fonds du PEG ou du PERCo.

Astuce : pour recevoir notre flash infos explicatif lors du débouclage de l’opération (du type de celui fait pour Ambition 2016), abonnez-vous à nos publications.

Préconisations

Comme pour tout ce qui relève des choix de fonds ou de formules dans le PEG ou le PERCo, la CFE-CGC et l’ADEAS ne formulent aucune préconisation sur le fait de souscrire ou non à cette ORP ou sur les formules à choisir : c’est une décision personnelle, qui dépend de très nombreux paramètres (capacité d’épargne, politique personnelle d’épargne, pronostic personnel d’évolution du cours de l’action et du dividende, horizon temporel d’utilisation, acceptation du risque ou au contraire recherche de sécurité…).

Nous nous efforçons simplement de vous donner toutes les informations utiles pour que chacun et chacune puisse prendre une décision éclairée.

Le versement des dividendes mondiaux tout proche du niveau d’avant-crise

par Hélène Marcy le 24/08/2021

Catégories: Revue de web | Tags: | Permalink | 0 commentaire

Selon Janus Henderson, « la reprise mondiale des dividendes s’est véritablement amorcée au deuxième trimestre 2021 ». (Crédits : Reuters Staff)

471 milliards de dollars : c’est le montant planétaire des dividendes distribués entre avril et juin 2021, selon le gestionnaire d’actifs Janus Henderson, un montant en forte progression par rapport à la même période l’an dernier, mais encore en retrait de 6,8% au regard des résultats de 2019. L’Europe – particulièrement la France – et le Royaume-Uni tirent la dynamique.

A lire dans La Tribune du 23/08/2021.

Comme un refrain lassant qui revient chaque année. En parallèle, quelles destructions d’emplois ? Quelles évolutions salariales pour les personnels ? Quels impacts environnementaux ? Quel progrès pour l’humanité ?

Lettre de l’Epargne et de l’Actionnariat Salariés #3/2021 – Spéciale ORP Together 2021

par Hélène Marcy le 23/08/2021

Catégories: Lettre d'information | Tags: , , | Permalink | 6 commentaires

tetiereleat32021

Dans ce numéro, toutes les informations sur l’Offre Réservée aux Personnels, Together 2021, à laquelle vous pourrez souscrire du 17 au 30 septembre.

La lettre en pdf : lea_t32021_specialorp.pdf

La lettre en format html sur le site de la CFE-CGC Orange.

Bon à savoir : bien utiliser l’arbitrage pour préparer votre souscription à l’ORP

Si vous souhaitez utiliser une partie de votre épargne au sein du PEG pour souscrire, mais que vos avoirs sont majoritairement investis dans le fonds Orange Actions, vous pouvez profiter de la période d’arbitrage du 25/08 au 8/09/2021, pour déplacer des avoirs détenus dans le fonds Orange Actions vers un fonds diversifié du PEG (Evolutis, Equilibris, Dynamis solidaire). Vous pourrez ensuite les utiliser pour souscrire à l’ORP, selon les conditions indiquées dans notre lettre d’information.

Vous avez des questions ?

La CFE-CGC Orange et l’ADEAS organisent des réunions d’information, sur vos sites et via coopnet dès la dernière semaine d’août et jusqu’à fin septembre.

Vous pourrez y poser toutes vos questions, et même, dans les formules « atelier », faire vos propres calculs d’investissement et d’hypothèses de gain. Tous les abonnés à nos publications « Epargne & Actionnariat Salariés » recevront les invitations. Si vous ne l’êtes pas encore, c’est le moment de vous inscrire gratuitement !

Totem : on vous dit tout… sans tabou !

par Hélène Marcy le 06/08/2021

Catégories: Lettre d'information, Nos analyses | Permalink | 0 commentaire

En créant Totem, Orange déporte en filiale la propriété des infrastructures passives de nos réseaux mobiles (pylônes, occupation de toits terrasse ou de points hauts tels que châteaux d’eau, etc.) soit 17 700 sites en France et 7 900 sites en Espagne. Dans un premier temps sont créées une holding européenne directement rattachée à Orange SA, et deux filiales nationales, Totem France et Totem Espagne, qui travailleront respectivement avec Orange France et Orange Spain. Toutes ces filiales seront détenues à 100% par Orange SA.

En France, une centaine de personnes sont susceptibles de faire une mobilité vers la filiale, dont la moitié depuis les Unités de Production des Réseaux (UPR, rattachées à DTSI/DTRS), lesquelles devront réorganiser leurs activités pour travailler en coopération avec les équipes de Totem France.

Dans sa lettre « Comprendre & Agir », la CFE-CGC Orange décrypte :

Télécharger la lettre en pdf : comprendreagir_totem_aout2021.pdf

Livrets, immobilier, assurance-vie, actions : comment l’inflation affecte vos placements

par Hélène Marcy le 29/06/2021

Catégories: En pratique, Revue de web | Permalink | Commentaires fermés sur Livrets, immobilier, assurance-vie, actions : comment l’inflation affecte vos placements

Image TheDigitalWay via Pixabay

Quelques extraits de l’article d’Aurélie Fardeau dans Le Monde.

L’inflation a tout d’abord un effet mécanique sur le rendement de l’épargne. Par exemple, le Livret A a rapporté environ 0,50 % brut en 2020, avec une hausse des prix à la consommation de 0,50 % également. Le rendement réel du livret a donc été nul, c’est-à-dire qu’il a simplement servi à maintenir le pouvoir d’achat des épargnants. Mais, lorsque l’inflation dépasse le taux nominal servi, le rendement réel devient négatif.

L’épargne placée sur le fonds en euros de l’assurance-vie ne serait guère plus avantageuse, puisque le rendement moyen en 2020 s’est monté à 1,3 % avant prélèvements sociaux. Une légère remontée de l’inflation suffirait donc à entamer le pouvoir d’achat des assurés. En revanche, une hausse graduelle des taux longs serait, à plus long terme, bénéfique aux fonds en euros. En effet, les rendements des nouvelles obligations émises sur le marché seraient alors plus élevés, permettant aux assureurs d’investir sur des titres mieux rémunérés.

Les placements immobiliers sont davantage immunisés contre la hausse des prix et des taux. [Cependant, en cas de remontée des taux] ce sont les biens de meilleure qualité, les plus recherchés, qui s’en sortiront le mieux.

Du côté des actions, l’inflation – généralement signe d’un dynamisme économique – est plutôt favorable tant qu’elle reste à des niveaux raisonnables. À partir de 3 ou 4 %, elle sera nocive. Dans ce cas, les premières entreprises touchées sont celles qui sont endettées, puisque leur coût de financement augmente, ce qui amoindrit leur marge.

« Pour l’épargnant, l’enjeu consiste avant tout à diversifier correctement son épargne en fonction de sa durée d’investissement, rappelle Mathilde Sauvé. Et aussi à investir davantage dans des actifs risqués, notamment des actions, car leur potentiel de performance est plus élevé sur le long terme. »

Nous aurons l’occasion de reparler de ces questions lors de prochaines conférences organisées avec des experts et des gestionnaires de fonds, mais aussi à l’occasion de la prochaine ORP Orange, qui interviendra à la rentrée. Envie d’être invités pour participer et poser vos questions ? Inscrivez-vous gratuitement aux publications de l’ADEAS, et vous recevrez nos invitations.

Règles d’abondement PEE PERECO, comment choisir ?

par Hélène Marcy le 08/06/2021

Catégories: En pratique, Revue de web | Tags: , | Permalink | Commentaires fermés sur Règles d’abondement PEE PERECO, comment choisir ?

L’abondement est un dispositif attractif permettant de favoriser l’épargne au sein de votre entreprise tout en bénéficiant d’une fiscalité très avantageuse. Très souple, il permet de s’adapter à vos objectifs, puis d’être renouvelé, modifié ou supprimé.

Fiche pratique sur le site d’Eres

Quelques rappels intéressants sur les règles légales régissant les abondements de l’employeur pour les versements dans les dispositifs d’épargne salariale (PEG et PERCo pour Orange, qui n’a pas encore basculé vers les nouvelles formules de PER).

Bien sûr, vos représentants CFE-CGC Orange s’appuient sur ces règles pour négocier chaque année les niveaux d’abondement dont vous pouvez bénéficier au sein du Groupe, dont vous pouvez retrouver les détails dans nos deux dernières Lettres de l’Epargne et de l’Actionnariat Salariés :

Lettre de l’Epargne et de l’Actionnariat Salariés #2/2021 – stratégie Engage2025, intéressement dans les filiales

par Hélène Marcy le 01/06/2021

Catégories: Lettre d'information, Nos analyses | Tags: , | Permalink | Commentaires fermés sur Lettre de l’Epargne et de l’Actionnariat Salariés #2/2021 – stratégie Engage2025, intéressement dans les filiales

Retrouvez dans ce numéro notre analyse de la stratégie Engage2025, les propositions de la CFE-CGC Orange, et le point sur l’intéressement dans les filiales.

La lettre en pdf : lea_t22021_def_2.pdf

Au sommaire :

Vous avez des questions ?

Nos experts répondront à toutes vos questions sur cette lettre jeudi 17 juin 2021 de 13h30 à 14h30.
Cliquer sur la date pour enregistrer le RDV et ses coordonnées dans votre agenda.

AG des actionnaires d’Orange 2021 : réponses aux questions et résultat des votes

par Hélène Marcy le 21/05/2021

Catégories: L'action de l'ADEAS, Nos analyses | Permalink | Commentaires fermés sur AG des actionnaires d’Orange 2021 : réponses aux questions et résultat des votes

Suite à l’AG qui s’est tenue le 18 mai, vous pouvez retrouver sur le site institutionnel d’Orange :

Sur le vote des résolutions

Toutes les résolutions présentées à titre ordinaire par le Conseil d’administration d’Orange ont été validées par l’AG des actionnaires.

Les résolutions présentées à titre extraordinaire, qui nécessitent d’obtenir les 2/3 des suffrages exprimés pour passer, concernent essentiellement les délégations de compétences au Conseil d’administration de l’entreprise pour réaliser les opérations sur le capital de l’entreprise (émissions d’actions ou de valeurs mobilières complexes). Ces résolutions sont pour la plupart renouvelées tous les deux ans, en raison de leur durée de validité limitée dans le temps. Elles sont désormais décomposées de manière fine, pour segmenter les autorisations données en fonction du contexte (avec ou sans suppression des droits préférentiels de souscription – DPS -, hors ou pendant une éventuelle OPA sur les titres de l’entreprise), ce qui permet aux actionnaires d’exprimer précisément les pouvoirs qu’ils acceptent ou non de déléguer au Conseil d’administration de l’entreprise.

Cette année, toutes les résolutions concernant les opérations sur capital en période d’OPA (offre publique d’achat) sur les titres de l’entreprise ont été rejetées par l’AG, comme en 2019. Le droit d’émettre davantage de titres (« green shoe ») pour servir la demande en cas d’augmentation de capital a également été rejeté par l’AG, ce qui en revanche n’avait pas été le cas en 2019. Notons qu’aucune augmentation de capital n’est actuellement prévue chez Orange : la prochaine Offre Réservée aux Personnels (ORP), qui interviendra en septembre 2021, se fera sur la base d’un rachat d’actions sur le marché, pour laquelle le Conseil d’administration dispose des délégations nécessaires.

Quant aux résolutions alternatives présentées par le Conseil de surveillance Orange Actions, elles obtiennent des scores comparables à ceux des précédentes AG, un peu plus favorable pour celle qui demandait l’organisation d’Attribution Gratuites d’Actions (AGA) pour tous les personnels au même rythme que les plans d’actions de performances (LTIP) dédiés aux mandataires sociaux et aux cadres dirigeants. Ce qui apparaît pour nous comme un élément élémentaire de justice sociale au sein de l’entreprise n’est pas encore perçu comme tel par la majorité des actionnaires. Peut-être un peu de lobbying auprès des investisseurs à organiser par la présidente (CFDT) du Conseil de surveillance Orange Actions ?

Sur la politique du Groupe en matière d’égalité H/F et les indicateurs RSE

Les volontés affichées dans le discours de la Direction ou un certain nombre d’accords d’entreprises sont certes positives. L’exécution n’est pas toujours au rendez-vous, et mérite donc de faire l’objet d’un suivi précis par les représentants des personnels dans toutes les entités du Groupe.

Pour pondérer les « cocoricos » de la Direction, nous nous contenterons ici de vous renvoyer vers les analyses de la CFE-CGC Orange concernant l’index d’égalité sur les salaires : pour obtenir son joli score, l’entreprise applique une « tolérance » de 5% sur les écarts de salaires, qui lui permet d’afficher un écart moyen pondéré de 0,38% d’écart salarial entre les hommes et les femmes… qui ne correspond pas à la réalité de l’entreprise.

On peut aussi rappeler, toujours dans le registre « social » de la RSE, que le « baromètre salarié », censé intégrer un critère social dans la rétribution variable des dirigeants de l’entreprise, impacte aussi la rétribution de tous les personnels cadres s’ils utilisent ce sondage pour faire remonter la réalité des difficultés rencontrées.

Cela invite évidemment à la plus grande vigilance dans la lecture des indicateurs utilisés pour dire que « tout va très bien, Madame la Marquise » et gratifier les dirigeants en conséquence… mais pas forcément les personnels.

Plus globalement, les personnels qui ont suivi la diffusion de l’AG des actionnaires ont été frappés par le « grand écart » entre le discours tenu en externe, qui glorifie les résultats obtenus même en période de crise et l’engagement sans faille des « héros des réseaux », et celui qui prévaut en interne, où les résultats sont analysés beaucoup plus sévèrement, pour justifier les réductions de coûts qui doivent s’intensifier partout (baisse des effectifs par non remplacement de l’essentiel des départs en maison mère, licenciements en Espagne, et baisse de tous les taux d’augmentations salariales ou de rétribution complémentaire, tels que l’intéressement, sur lequel nous aurons l’occasion de revenir prochainement).

AG des actionnaires d’Orange 2021 : nos questions écrites

par Hélène Marcy le 07/05/2021

Catégories: En pratique, L'action de l'ADEAS | Tags: , | Permalink | Commentaires fermés sur AG des actionnaires d’Orange 2021 : nos questions écrites

Photo Jon Tyson via Unsplash

Si vous détenez des actions au nominatif pur, ou au porteur, vous pouvez adresser vos questions écrites à l’adresse assemblee.generale@orange.com,  au plus tard 4 jours ouvrés avant la date de l’Assemblée générale, soit cette année le 11 mai. Pour les actions au porteur, votre courriel doit être systématiquement accompagné d’une attestation de participation à l’Assemblée générale fournie par votre intermédiaire financier. Pour les actions détenues au nominatif pur, vous êtes connus dans les livres de l’entreprise et vous n’avez pas besoin d’attestation. Si vous envoyez vos questions au delà de la date limite, elles seront traitées comme des questions orales : il y sera répondu pendant l’Assemblée générale « sur la base d’une sélection représentative des thèmes ayant retenu l’attention des actionnaires, dans la limite du temps imparti« .

Voici les questions écrites adressées par la CFE-CGC Orange et l’ADEAS. Les réponses sont téléchargeables sur le site institutionnel d’Orange.

Stratégie d’Orange en Afrique

Les résultats présentés pour les activités de la zone Afrique Moyen-Orient font état d’une croissance régulière du chiffre d’affaires et du taux de marge d’EBITDAal dégagée. D’après les prévisions dévoilées en même temps que la présentation des résultats du T1 2021 (https://gallery.orange.com/finance#lang=fr&v=c729196a-2233-4d32-9f63-30722d8b9663), Orange table sur une poursuite de cette croissance.

Question 1

Quels sont les éléments clefs de la stratégie prévue pour poursuivre ce développement ? Plus précisément, quels sont les objectifs d’investissement sur cette zone à l’horizon du plan Engage2025 ?

Question 2

Le dernier pays d’Afrique à ouvrir ses télécommunications à des opérateurs privés est l’Ethiopie. Alors que Stéphane Richard avait manifesté l’intention de se porter candidat et s’était rendu en Ethiopie en 2019, https://www.jeuneafrique.com/745985/politique/djibouti-ethiopie-kenya-les-enjeux-de-la-tournee-demmanuel-macron/  Orange ne s’est pas portée candidate à l’une des licences de téléphonie mobile (https://www.jeuneafrique.com/1162496/economie/mtn-et-safaricom-seuls-candidats-en-ethiopie-tout-ca-pour-ca/). Pourquoi ?

Question 3

L’article de Jeune Afrique mentionne par ailleurs que l’État éthiopien a également décidé de vendre une participation minoritaire (40 %) dans l’opérateur historique Ethio Telecom, et qu’Orange pourrait être candidat. Qu’en est-il ?

Question 4

Orange Afrique Moyen-Orient (OMEA) est désormais une filiale séparée, qu’il était envisagé de coter en Bourse, notamment pour faciliter des opérations structurantes sur le continent africain. Qu’en est-il du projet de cotation et quand est-il susceptible de se concrétiser ?

Question 5

Pouvoir se rapprocher d’autres acteurs devient le seul moyen d’étendre la footprint d’Orange sur le continent africain. Des projets de rapprochement avec Airtel, dont l’empreinte géographique est complémentaire de celle d’Orange, ont été évoqués il y a quelques années. Est-ce toujours une possibilité ? Y a-t-il d’autres projets permettant à Orange de se développer dans de nouveaux pays d’Afrique ?

Relais de croissance

L’intérêt de développer nos réseaux très haut débit sur l’ensemble de nos territoires apparaît peu contestable. Orange apparaît cependant nettement moins bien placée pour développer et bénéficier de la valeur créée par l’usage de ces réseaux : bien que se positionnant notamment comme « la première entreprise numérique de France », le Groupe a en partie manqué le virage de l’économie numérique, ou, dans les rares domaines où elle s’y est implantée de manière prometteuse, elle prend le risque d’en perdre rapidement le bénéfice.

Sans même parler de se comparer aux GAFAM et aux BATX, qui tirent beaucoup plus de valeur que nous des services qu’ils ont développés et qui utilisent nos réseaux de télécommunications, Orange est absent, ou quasi, d’offres sur lesquels son réseau, sa marque et sa raison d’être (acteur de confiance) semblaient pourtant des atouts clefs, permettant de trouver des relais de croissance et d’augmenter la valeur tirée des réseaux qu’elle déploie. A l’heure où la question de la souveraineté numérique, française et européenne, est régulièrement soulevée, on peut légitimement s’interroger sur la faible part prise par Orange, par exemple dans des domaines tels que le cloud ou les messageries sécurisées.

Cloud

Question 6

Projet de cloud européen Gaia-X (https://www.sciencespo.fr/public/chaire-numerique/2020/07/20/cloud-souverain-genealogie-ambition-emblematique-souverainete-numerique/) : aucun montant d’investissement annoncé par les différents acteurs ou les Etats intéressés au projet. Le Groupe Orange a-t-il prévu des investissements en la matière ?

Messagerie sécurisée

Question 7

Comment expliquer que ce soit Thales, dont ce n’est pas le métier, qui développe avec OVHcloud une messagerie sécurisée, Citadel (https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/thales-veut-booster-sa-messagerie-souveraine-en-salliant-avec-ovhcloud-1310827) et pas Orange ? Le Groupe entend-il se positionner sur ce marché ?

Cybersécurité

Sur le segment prometteur de la cybersécurité, le Groupe semble plus pressé d’optimiser, ou de « révéler » la valeur financière immédiate que de préparer l’avenir. Le départ de Michel Van Den Berghe (https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/le-depart-inattendu-de-son-patron-historique-fragilise-la-pepite-orange-cyberdefense-20210503) est en grande partie lié au projet d’IPO, et apparaît, aux yeux des équipes comme des observateurs externes, comme un élément de fragilisation supplémentaire, son départ risquant aussi d’entraîner celui d’autres collaborateurs, ou d’amoindrir l’attractivité d’Orange pour les talents que tout le monde s’arrache.

Question 8

Pourquoi envisager si tôt de coter Orange Cyberdéfense, au risque de fragiliser l’entité, alors qu’elle a toute sa raison d’être dans le réseau des filiales OBS (100% détenues par Orange) pour développer au mieux les synergies sur le marché des entreprises ?

Question 9

Quels sont les bénéfices « business » attendus par ce projet d’IPO ?

Finance mobile

En matière de finance mobile, le projet d’Orange, c’est de développer « la banque du telco » : un projet original, qui s’inscrit parfaitement dans la stratégie d’opérateur multiservices, et très utile pour développer à la fois la fidélisation de nos clients et le revenu moyen par client. Orange Money est maintenant rentable en Afrique, et les services financiers y portent une croissance de 21%, le meilleur de toutes nos activités. Le faible taux de bancarisation sur ce continent y ouvre en outre des perspectives prometteuses pour Orange Bank.

Question 10

Au moment où cette activité fait la démonstration de son caractère porteur, et qu’il reste encore beaucoup à développer pour bénéficier à plein de toutes les synergies avec nos activités d’opérateur télécom, est-il vraiment pertinent d’envisager d’ouvrir le capital à une grande banque (https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/orange-serait-pret-a-ceder-le-controle-d-orange-bank-n161069.html) dont l’intérêt à développer une enseigne concurrente de la sienne apparaît pour le moins douteux, et qui plus est de lui en céder le contrôle majoritaire ?

Question 11

Ici encore, quels sont les bénéfices « business » attendus par le Groupe ?

Question 12

Pourquoi la présentation des comptes ne fait pas apparaître de façon séparée et consolidée les activités financières du Groupe ?

Question 13

Quelle est la stratégie de développement d’Orange Money, notamment dans les pays où l’offre n’est pas présente ?

Question 14

Tant pour Orange Money que pour Orange Bank, quels sont les éléments de la chaîne de valeur que le Groupe entend maîtriser ?

Projet industriel et R&D

Pour les personnels actionnaires que nous représentons, la croissance d’Orange doit être portée par un projet industriel orienté vers la croissance du chiffre d’affaires et le développement d’activités nouvelles faisant d’Orange un acteur clef du monde numérique, au-delà des réseaux, d’ores et déjà considérés comme de simples « commodités » par les investisseurs. Seules les ambitions du Groupe dans le développement de nouveaux produits et services permettent d’amplifier l’engagement des équipes et d’attirer de nouveaux talents.

Question 15

Quelle est la répartition des Capex entre les déploiements de réseaux et les investissements technologiques (R&D, développements SI, ou rachats d’entreprises) pour cette année ? Quelles sont les prévisions d’évolution de ces proportions à l’horizon du plan Engage2025 ? Quel part de son chiffre d’Affaires Orange entend-t-il consacrer à la R&D à l’horizon du plan Engage2025 ?

Question 17

Quels sont les projets du Groupe à la fois porteurs de valeur « business » et de motivation pour les personnels ? Quelles « verticales » Orange entend-il développer (finance, énergies, IOT…) ?

Stratégie de rachats et participations d’Orange

Gestion des participations d’Orange

Question 18

Nous demandons à disposer d’un organigramme des participations d’Orange, qui ne figure pas dans le DEU, et pas seulement d’un listing des intérêts comptables.

OPA sur les actions d’Orange Belgium

Question 19

Selon les informations communiquées lors de la publication des résultats 2020, le budget prévu pour racheter toutes les actions de la filiale Orange Belgium était de 600m€. Quelles sont les intentions stratégiques de cette OPA ?

Question 20

Quels en sont les bénéfices business attendus ?

Question 21

Compte tenu de son coût, pourquoi ne pas avoir choisi d’autres types d’investissements, tels ceux mentionnés dans la présentation des résultats (investissement dans les réseaux, en France ou en Afrique notamment), mentionnés comme fortement créateurs de valeur, ou encore des acquisitions permettant d’étendre la footprint du Groupe ou ses compétences dans des domaines stratégiques pour Orange (cloud, cyberdéfense, mobile finance…) ?

Efficacité de la stratégie de rachats d’opérateurs

Question 22

Des nombreux opérateurs rachetés en 2000, combien en reste-t-il encore dans le Groupe ? Quelle est précisément la liste des rachats effectués et de ce qu’il en reste à date ?

La RSE dans l’intéressement et dans l’épargne salariale

par Hélène Marcy le 28/04/2021

Catégories: Revue de web | Tags: , , | Permalink | Commentaires fermés sur La RSE dans l’intéressement et dans l’épargne salariale

 

Une intéressante conférence, qui donne des points de repère sur les critères et labels de responsabilité sociale et environnementale qui peuvent s’appliquer dans le domaine de l’épargne salariale. Une thématique de plus en plus importante pour les personnels et leurs représentants, dont nous aurons l’occasion de reparler, notamment sur la manière dont les critères RSE sont pris en compte en matière d’épargne et d’actionnariat salariés chez Orange.

Vous pouvez revoir la conférence dans son intégralité en jouant la vidéo, ou consulter une synthèse écrite sur Miroir Social, que l’on remercie pour ce partage.

A consulter en complément :