Le dividende de France Télécom divise ses actionnaires salariés

par Hélène Marcy et Patrice Brunet le 01/06/2012

Catégories: L'action de l'ADEAS, Revue de web | Tags: , | Permalink | Commentaires fermés sur Le dividende de France Télécom divise ses actionnaires salariés

Une association d’actionnaires salariés, l’ADEAS, a obtenu qu’une résolution, soumise à l’assemblée du 5 juin, propose de réduire le dividende à 1 euro contre 1,40 euro. Une autre conteste cette logique « syndicale » à l’encontre des intérêts des actionnaires.

Bisbilles entre actionnaires salariés chez France Télécom. L’une des associations les représentant, l’ADEAS, milite depuis plusieurs années pour une baisse du dividende versé par l’opérateur historique : elle vient d’obtenir l’ajout d’une résolution à l’ordre du jour de l’assemblée générale des actionnaires du 5 juin, qui propose de distribuer 1 euro par action, soit 40 centimes de moins que prévu par la direction. Cette résolution, qui vient de paraître au BALO le 16 mai, est issue d’un vote du conseil de surveillance du Fonds commun de placement d’entreprise (FCPE) « France Télécom Actions », qui détient plus de 4,5% du capital. Mais une autre association d’actionnaires salariés de l’opérateur historique, plus ancienne, l’AFTAS, n’est pas d’accord et demande un changement de gouvernance au sein du conseil de surveillance du FCPE.
[…]
Pendant ce temps, la CFE-CGC-Unsa poursuit sa campagne pour convaincre les grands actionnaires de France Télécom d’accepter une baisse du dividende « pour un meilleur partage des résultats de l’entreprise entre salariés et actionnaires et pour investir dans de nouveaux relais de croissance. » Ainsi, après avoir écrit au PDG de la Société Générale, qui possède plus de 5% du capital de France Télécom, et approché le FSI, une délégation de représentant du syndicat de l’opérateur a été, selon nos informations, reçue tout récemment à Bercy, par la nouvelle équipe ministérielle, qui aurait été « à l’écoute. » Le syndicat presse l’État, premier actionnaire avec 26,9% du capital, de se contenter de 713 millions d’euros de dividende et de renoncer à l’équivalent de 285 millions (les fameux 40 centimes d’écart) pour que France Télécom puisse garder 1 milliard d’euros de trésorerie à redéployer ailleurs, par exemple dans la fibre optique et les réseaux mobiles 4G.
[…]

Lire l’article complet sur le site de La Tribune

Note de la rédactrice : nous nous permettrons juste un étonnement : en avril dernier, alors que c’était le PDG de France Télécom qui annonçait la baisse potentielle du dividende, Monsieur Feurgard n’en semblait nullement choqué. Et maintenant que les personnels actionnaires en proposent la possibilité concrète, cela ne lui convient plus du tout… Étrange revirement, qui amène à s’interroger sur les motivations de ce monsieur et de son association. S’agit-il vraiment de défendre le point de vue des salariés actionnaires, ou seulement de dénigrer le caractère représentatif des organisations syndicales qui siègent légitimement dans les Conseils de Surveillance des fonds ? La question reste ouverte…

Les commentaires sont fermés pour ce billet.